Révélation du Masque de Pallid

De Journal de Z. - Wiki

Présentation

Ce rêve cryptique cache de manière énigmatique l'emplacement du Masque de Pallid — aussi connu sous le nom de Masque de Vérité, tantôt artefact, tantôt individu lié au Roi en Jaune, pouvant à la fois représenter une arme contre le Roi ou un porteur surnommé l'Etranger ou le Fantôme de Vérité — ainsi que la manière de le dévoiler.

L'énigme propose d'aller rechercher le Masque de Pallid dans le tombeau des enfants de Ramsès II, à l'emplacement d'une fausse tombe symbolisée par un muet. Mais si « la tombe du muet est un mensonge » selon l'énigme, alors qui est enterré là ?
La dernière partie du rêve contient les instructions requises pour réveler le Masque et réveiller le danger qui l'accompagne.

Proposition de mise en scène

Il existe une tombe factice dans le tombeau des enfants de Ramsès II. Le dessin d'un homme muet sur le cartouche d'une porte scellée marque son emplacement au sein de la nécropole. Pour les égyptologues les plus consciencieux, un scribe est également enterré dans le tombeau mais ses registres ne comptabilisent en aucune manière la tombe recherchée.

La tombe contient le sarcophage anonyme d'une momie privée de son cœur. Ce dernier est renfermé dans un vase canope surnuméraire.
Le cœur ne fait pas partie des organes embaumés dans l'Egypte Antique, et certains pourront se demander pourquoi celui-ci a été retiré à son possesseur. D'autant que la pesée du cœur par la déesse Maât était une étape cruciale du passage vers l'au-delà.

Rendre son cœur à la momie pour que le défunt soit (enfin) jugé par Maât va ainsi réveiller une entité, qui, si elle n'est pas incapacitée par les investigateurs, se lancera à leur poursuite. Indestructible, inlassable, déterminée, on ne peut que la retarder brièvement comme toute momie qui se respecte.
Pour convoquer l'Etranger et révéler le Masque de Vérité, il faudra alors maintenir un scarabée funéraire contre l'oreille du mort.

Des stridences font trembler les murs, le corps momifié est secoué de spasmes, sa tête bouge à une vitesse qui défit l’œil humain. C'est ainsi que le masque funéraire de la momie peut subtilement se transformer pour révéler le Masque de Pallid.

Au final, afin de retirer le Masque fusionné au visage de l'engeance, il faudra alors maintenir devant le corps un ouchebti de bois primitif, caché parmi les autres dans la tombe, gravé de la formule « par Horus, demeure ».

Noyer la tombe ou l'emmurer à nouveau devrait être le meilleur moyen d'enterrer les reliquats de l'entité qui s'y est réveillée pour un instant.

Concernant le Masque, c'est un objet d'une horrible beauté, qui peut inspirer une étrange attirance pour celui qui le détient. Son possesseur se demande à chaque minute s'il ne pourrait pas le porter, ne serait-ce qu'un court moment... ce qui risquerait selon toute probabilité de voir le masque fusionner avec son porteur et de laisser à nouveau surgir une entité qu'il aurait mieux valu laisser dans son plan astral. Pour parfaire le sentiment d'étrangeté auprès d'investigateurs, le Masque peut également susciter des perceptions contradictoires quant à son apparence. Il peut à la fois avoir l'aspect d'une vieille peinture à l'huile, d'un canevas complexe et d'une pierre ciselée avec dextérité. Et au toucher sembler aussi doux que de la peau, aussi lisse qu'une pierre polie et plus granuleux que de l'écorce.

Texte original

Galerie

Entrées du journal

5 déc.

Ce rêve est différent. Il renferme la vérité pour ceux qui savent en interpréter les symboles. Kephnes, égyptien de la quatorzième dynastie m'y a révélé le hideux secret de Nyarlathotep. Peut-être y trouverais-je le courage de mettre fin à mes cauchemars.

L'eau submergeait le sable aux pieds de montagnes de pierres.
J'étais entouré des biens les plus précieux d'Ozymandias.
Tandis qu'un chacal sur sa montagne surveillait l'Occident,
Kephnes s'adressait à moi sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche.
Je savais qu'il ne fallait pas me fier à ce qu'il énonçait.
Car à cet endroit, la vérité ne pouvait être révélée que par la plume.
Un soleil nouveau guida alors un étranger jusqu'à moi,
Et c'est le plus humble de ses serviteurs qui l'accueillit depuis le lointain.

Je sais maintenant comment je vais interpréter les autres songes.

Résolution de l'énigme

Le rêve est un corpus de courtes énigmes qui dispensent des indications ou des consignes. Le meilleur moyen pour des investigateurs de résoudre cet ensemble de périphrases est d'y associer les mots clés évoqués pour en déduire le sens caché.

Le tombeau des fils de Ramsès II

L'eau submergeait le sable aux pieds de montagnes de pierres.

  • « Des montagnes de pierre » : les pyramides.
  • « L'eau qui submerge le sable aux pieds des pyramides » : le Nil.
  • Donc l'Egypte.

J'étais entouré des biens les plus précieux d'Ozymandias.

  • « Ozymandias » : l'un des noms portés par Ramsès II.
  • « Les biens les plus précieux de Ramsès II » : il s'agit de ses nombreux enfants et non de quelconques richesses.
  • Donc la descendance de Ramsès II.

Tandis qu'un chacal sur sa montagne surveillait l'Occident,

  • « Un chacal » : le chacal symbolise Anubis.
  • « Celui qui est sur sa montagne » : un épithète d'Anubis, qui apporte également une précision géographique liée à l'emplacement des nécropoles égyptiennes, comme la Vallée des Rois.
  • « l'Occident » : un euphémisme pour l'au-delà.
  • Anubis veillant sur un au-delà situé dans la Vallée des Rois fait référence à une nécropole ou un tombeau.


Trouver « la nécropole de la descendance de Ramsès II en Egypte » devrait donc conduire de bons archéologues à la tombe KV5.

La tombe du muet est un mensonge

Kephnes s'adressait à moi sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche.

  • « Kephnes » : égyptien de la quatorzième dynastie selon H. P. Lovecraft et indice secondaire pour orienter les investigateurs vers l'Egypte.
  • « Aucun son ne sort de sa bouche » : il est muet.
  • Donc un muet.

Je savais qu'il ne fallait pas me fier à ce qu'il énonçait.

  • « Ne pas se fier à ce qu'il énonce » : ce sont des mensonges.
  • Ce qu'il dit est donc faux.


Un muet qui ment, ou un muet « faux » dans la nécropole des enfants de Ramsès II. Cet indice un peu obscur ne pourra sûrement vraiment être dévoilé qu'une fois sur place. En observant les cartouches des tombes ou en étudiant les registres de Qenhirkahepeshef, l'un des scribes de Ramsès II enterré dans le tombeau, des investigateurs devraient être capables de découvrir une tombe sans nom, non référencée dans les registres, et possiblement ornée d'un visage sans bouche.

La pesée de l'âme

Car à cet endroit, la vérité ne pouvait être révélée que par la plume.

  • « La vérité » : le Masque de Vérité ou Masque de Pallid.
  • « La plume » : l'attribut de Maât, déesse de la vérité et de la justice.
  • « Révéler par la plume » : allégorie de la pesée de l'âme, contenue dans le cœur du défunt.
  • Pour révéler le Masque, il faut donc rendre son cœur au mort afin qu'il puisse subir le jugement de l'âme.


Un examen de la momie ou des vases canopes entreposés à ses côtés permettra rapidement à n'importe quel investigateur de constater que le cœur du mort a été prélevé. Il faudra alors ouvrir à nouveau la poitrine de la momie pour y placer l'organe embaumé.

L'Etranger

Un soleil nouveau guida alors un étranger jusqu'à moi,

  • « Un soleil nouveau » : symbole de Khépri, représenté sous la forme d'un scarabée, qui devient lorsqu'il atteint le zénith en poussant devant lui le disque solaire.
  • « Un étranger » : l'Etranger ou le Fantôme de Vérité, ennemi du Roi en Jaune, dont le visage a fusionné avec le Masque de Pallid.
  • « Un scarabée guidant l'Etranger » : pour éviter aux âmes de terminer en enfer en donnant de mauvaises réponses lors du jugement de Maât, des scarabées funéraires étaient placés dans l'oreille du défunt afin de lui souffler les bonnes réponses.
  • Pour ramener l'esprit de l'Etranger dans cette réalité, il faut donc placer le scarabée momifié à l'oreille du corps embaumé (artefact dont l'emplacement est laissé à la discrétion des Gardiens).

Et c'est le plus humble de ses serviteurs qui l'accueillit depuis le lointain.

  • « le serviteur de l'Etranger » : les serviteurs funéraires des défunts étaient représentés sous la forme de statuettes appelées « ouchebtis ».
  • « le plus humble des serviteurs » : les ouchebtis étant placés en grand nombre dans les tombes, le plus humble est certainement représenté par le plus primitif ou le moins onéreux de tous.
  • « le lointain » : signification du nom d'Horus, qui est un dieu guérisseur et exorciste très efficace contre les forces hostiles et qui accompagnait les morts lors du jugement de l'âme.
  • « Accueillir l'Etranger avec le plus humble de ses serviteurs » : présenter l'ouchebti à la momie.
  • Il faudra donc brandir l'ouchebti pour dominer l'entité qui reviendra d'entre les morts pour prendre possession de la momie avec le Masque convoité.


C'est l'examen du contenu de la tombe et de bonnes connaissances en égyptologie qui permettront de déterminer les actions à entreprendre pour ramener le Masque de Vérité dans notre réalité. Tenir un scarabée désséché à l'oreille d'une momie revenant à la vie et dont le masque funéraire se transpose à partir d'un autre plan demandera certainement une volonté de fer de la part des investigateurs. Et arracher la Vérité à l'entité à peine tenue en respect par l'ouchebti magique en demandera encore plus.

Pour une référence supplémentaire et gratuite à Edgar P. Jacobs, l'ouchebti peut être gravé des hiéroglyphes constituant la formule magique du Mystère de la Grande Pyramide : « Par Horus, demeure ! ». Ce qui peut également faire écho aux mises en garde énoncées dans l'Affaire Charles Dexter Ward :

« Ayez toujours prêts les Mots qui repoussent, et ne vous arrêtez pas pour avoir une certitude quand vous doutez de l'Identité de Celui que vous avez. »

Articles connexes

Liens externes